16/03/2010

Opéra

Sans titre

09:46 Écrit par Roustaveli dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/03/2010

Librairie - Arménie

Sans titre1

Sans titre

Sans titre2

16:40 Écrit par Roustaveli dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/03/2010

Festival

Sans titre

 

1

2

3

4

5

6

13:22 Écrit par Roustaveli dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Concert

FlyerA5Zirve01-Recto (2)

FlyerA5Zirve01-Verso

09:35 Écrit par Roustaveli dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/03/2010

Conférence

Sans titre

13:27 Écrit par Roustaveli dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/03/2010

Chantiers d'été en Géorgie

Deux chantiers internationaux organisés en Géorgie cet été ! Si cela vous intéresse, contactez rapidement le Service Civil International à Bruxelles :

Téléphone: +32 2 888 67 13
Fax: + 32 2 725 76 47
Portable: +32 495 680 934
Email:
info@servicevolontaire.org

 

Work Camp 15, 16, 17, 18

CULT/ENVI  PROJECT

“Dry stone Ring”  in SVANETI

!! 10 day the first Saturday  from May till August

       

WC 15 LYVG/SVANETI   15/05 - 25/05

WC 16 LYVG/SVANETI   19/06 - 29/06

WC 17  LYVG/SVANETI  10/07 - 20/07

WC 18 LYVG/SVANETI   07/08 - 17/08

 

LOCATION: SVANETIA the mythological western province of Georgia, land of the ‘Golden Fleece’ (where locals still sift for gold through sheepskins) lies high up in the Greater Caucasus. The Svans are usually identified with the Soanes mentioned by Greek geographer Strabo. The province’s Orthodox culture flourished particularly during the Georgian “golden age” under Queen Tamar (r. 1184-1213).  Historical Svanetia also included the Kodori Gorge in the adjoining rebel province of Abkhazia, and part of the adjacent river valleys of Kuban and Baksan of Russia. Svanetia province has been divided into two parts: Upper Svanetia (Zemo Svaneti  the present day Mestia) and Lower Svanetia (Kvemo Svaneti  the present day Lentekhi). Surrounded by 3,000–5,000 meter peaks, Svanetia is the highest inhabited area in Europe. Four of the 10 highest peaks of the central Greater Caucasus are located in the region (the highest mountain in Georgia: Shkhara at 5,201 m (17,059 ft), Tetnuldi (4,974m/16,319ft), Shota Rustaveli (4,960m/16,273ft), Ushba (4,710m/15,453ft), Ailama (4,525m/14,842ft). The most important characteristic of Svaneti is the stone towers in the mountain villages.  Svanetia is also called “The country of one thousand towers». Here some of the towers date to the IXth century. Alpine village Lakhamula 30 km from the district center Mestia at a height above sea level about 1000 m.

WORK ACTIVITIES: Physical works of clearing of mountain areas and roads, description and photographing for preparation of prospect «Dry stone Ring» with dry stone objects in Caucasus: different forms of buildings are possible, walls, terraces, huts, houses, towers, bridges and so on; herb collecting for making of national relish/ condiment “adjika”(svanuri marili) and herbarium etc.. ACCOMMODATION: At present the towers are not inhabited, but serve the adjoining stone houses as kitchens or ovens. Two – storey house with 4 bedrooms (4 + 4), a big kitchen, a bathroom (inside and outside the house), hot water on fire woods, TV (satellite) antenna.

FOOD: will be provided three times a day.

LANGUAGE: English/German/Russian/Georgian.

LEISURE TIME/ CULTURAL DIVERSITY: Camp leaders will organize free time together with the participants. Excursions and great sightseeing’s, ecotourism astride, panorama /view to Elbrus, fishing (speckled trout with red spots). WHAT TO BRING WITH YOU: You can bring your sleep bags and “mountain shoes”, photo or video camera. THE LIMITATION OF THE PROGRAM: 10 persons. AGE:19-28. EXTRA PARTICIPATION FEE: 250,00 EUR. To be paid at the arrival.

 

 

     Work Camp 8, 9, 10, 11, 12, 13 

FAMILY & SENIOR “Clean up the Coastline”

CULT/ENVI  PROJECT in AJARA

            !!the first Saturday  from March till September

 

The program is organized and implemented

with  The Charity Association of Multi Children Families of Georgia

                                                    “For the Future of Georgia” and with support of Kobuleti city

    

LYVG & CHARITABLE UNION OF LARGE FAMILIES

                                       "FOR FUTURE OF GEORGIA"

 

WC 08 LYVG/AJARA   21/03/ -  04/04/2009

WC 09 LYVG/AJARA  11/04/  - 25/04/2009

WC 10 LYVG/AJARA  02/05/  - 16/05/2009

WC 11 LYVG/AJARA  23/05/  - 06/06/2009

WC 12 LYVG/AJARA  13/06/  - 27/06/2009

WC 13 LYVG/AJARA  11/07   - 25/07/2009

 

 

LOCATION: The WC project “Clean up the Coastline” is located in the beautiful region of Georgia, Adjara – in Kobuleti (Address: Rustaweli str. 293) on the shore of the Black Sea. The camp will take place only 120 m from the marvelous beach. Kobuleti  is the regional center of Adjara and is situated 25 km  from Batumi and 380 km from Tbilisi. www.de.wikipedia.org/wiki/Adscharien; www.travel-images.com/ajaria.

ACCOMMODATION/FOOD: In comfortable 2-floor cottage with an open balcony and a loggia on the 2nd floor. First floor: 5 rooms (4, 6, 3 beds), 1 shower, 1 toilet, 2 kitchens (inside and outside). Second floor: 6 rooms (3, 4, 4, 6 beds), 2 showers and 2 toilets. The cottage is supplied with constant gas, electricity and water. Work activities (4-5 hours per day): Cleansing the beaches and the inshore part of the sea bottom, planting of trees and gardens.  Food: Volunteers will prepare the meals by the given food. 

LANGUAGE: English/German/Russian/Georgian.

LEISURE TIME: Camp leaders will organize free time together with the participants: swimming in the black Sea, fishing, excursions in Batumi botanical garden and in the tee factory, herbaria collect. The cottages are endowed with piano, TV-sets, videos and games (domino, cards, chess and nards and lotto) and other cultural diversity (café, discotheque). WHAT TO BRING: First of all it is great to bring sleeping bags with you!!

THE LIMITATION OF THE PROGRAM: Number of participants: 15 - 20 persons.  EXTRA PARTICIPATION FEE: 230, 00 EUR per adults or 150, 00 EUR per child (5 to 12 years old).

HOW TO GET TO GEORGIA:  ATTENTION: I – It is possible to reach the place of destination from International airport Istanbul (Turkey) to International airport Batumi or the trip from Istanbul to Batumi by bus (costs 50 $); from Batumi to Kobuleti by minibuses (10, 00 GEL). II – Terminal International airport Tbilisi (Tiflis) – Kobuleti  by day train 17, 50 GEL / night train 29,00 GEL / minibus 18, 00 GEL.

 

14:55 Écrit par Roustaveli dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/03/2010

Agenda géorgien

Sans titre

 

Sans titre1

Sans titre2

09:41 Écrit par Roustaveli dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Librairie

Sans titre

09:30 Écrit par Roustaveli dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/02/2010

Brèves de Colisee.org

Sans titre

Sans titre3

Sans titre2

Sans titre1

12:12 Écrit par Roustaveli dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Décès

Nécrologie – lu sur LeMonde.fr

 

Georges Charachidzé, linguiste et historien, spécialiste du Caucase

LE MONDE | 24.02.10 | 16h16    Mis à jour le 24.02.10 | 16h16

       

 

Disciple de l'historien des religions et spécialiste des mythologies indo-européennes Georges Dumézil (1898-1986), le linguiste et historien Georges Charachidzé, mort samedi 20 février, à l'âge de 80 ans, a consacré sa vie à l'étude du Caucase, "la montagne des langues", comme l'appelaient jadis les Arabes. Celui qu'on a pu surnommer l'"Atlante du Caucase" parlait une dizaine de ces idiomes : de l'abkhaze au iaz, en passant par le mingrélien, l'ossète et l'oubykh, une langue qui comporte 80 consonnes et qu'il était la seule personne au monde à maîtriser, depuis la disparition du dernier Oubykh, Tevfik Esenç, en octobre 1992.

 

Georges Charachidzé a enseigné à l'Ecole pratique des hautes études et à l'Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco), présidé la Société de linguistique de Paris (SLP) en 1984 et publié de nombreux ouvrages, dont Le Système religieux de la Géorgie païenne (La Découverte), Prométhée ou le Caucase (Flammarion) et La Mémoire indo-européenne du Caucase (Hachette).

 

Mais c'est par son travail de terrain, micro en main et carnets en poche, qu'il a fait de la linguistique une arme de résistance, sauvant de l'oubli des langues qui ne s'écrivaient pas et ne se parlaient quasiment plus.

 

Sa passion pour le Caucase a commencé très tôt. Dès l'enfance en fait. Géorgien, son père, journaliste et député, est condamné à mort en 1922 après la révolution bolchevique. Il se réfugie en France et épouse à Paris une jeune institutrice, dont il a un fils en 1930. Tout petit, Georges Charachidzé apprend donc à la fois le géorgien et le français. Fréquentant l'école d'une communauté d'exilés dans une propriété située à Leuville-sur-Orge (Essonne), il y suit assidûment les cours d'un vieil intellectuel, qui lui enseigne à la fois la langue et la littérature géorgiennes.

 

Dès son entrée au lycée, à 10 ans, sa vie est entièrement celle d'un petit Français. Mais la Géorgie reste présente : l'enfant continue à passer ses vacances dans l'institution de la communauté géorgienne, poursuivant ses lectures. Par goût, il s'intéresse toutefois plus au passé lointain qu'aux vicissitudes de l'histoire contemporaine des Caucasiens. Mais le déclic décisif se produit bientôt. En 1953, lorsqu'il rencontre Georges Dumézil. A 23 ans, Georges Charachidzé cherche un directeur pour sa thèse de doctorat, qui deviendra son premier ouvrage, Le Système religieux de la Géorgie païenne.

 

Le premier entretien avec Georges Dumézil fut un peu rude : "C'était un homme très actif, très direct. Il paraissait un peu effrayé par mon projet et me dit d'emblée : "Vous vous rendez compte de ce que vous entreprenez ! Qu'est-ce que vous savez ?" Je lui dis que je connaissais le latin, le grec, le géorgien et le russe, ainsi que l'allemand et l'anglais. Il me tendit un livre en géorgien et me demanda de lire, ce que je fis. Puis ce fut un véritable interrogatoire. En fin de compte, il parut convaincu et accepta de diriger ma thèse." Le voilà admis aux cours de Dumézil. A une époque où celui-ci, déjà connu à l'étranger, ne l'est pas encore en France, il lui arrive d'être son unique élève à l'Ecole des hautes études dans un cours sur la religion du peuple des Ossètes. Puis c'est l'entrée au CNRS, sous la houlette d'un autre parrain, Claude Lévi-Strauss, qui l'initie aux systèmes de parenté.

 

Profusion de légendes

 

Pour devenir un "caucasologue" accompli, déchiffrer les mythes et recueillir les traditions orales, il lui faut apprendre les langues caucasiennes, pour la plupart non écrites. On en dénombre une quarantaine en tout, dont une trentaine dans l'aire qui recouvre l'actuelle Tchétchénie et le Daghestan. La Turquie est alors la meilleure adresse pour les étudier. Elles y étaient toutes représentées, des peuples entiers s'y étant repliés depuis la conquête russe du Caucase au XIXe siècle. Ses voyages en Turquie, à partir de 1965, constituent la deuxième grande étape de l'itinéraire du chercheur. Il y assiste Georges Dumézil dans la reconstitution de la langue oubykh à partir des témoignages de ses derniers locuteurs.

 

Avec ces outils linguistiques uniques, Georges Charachidzé pousse plus avant ses recherches sur l'histoire des religions et sur les mythes caucasiens, dont il a recueilli sur place de nombreuses traditions orales. Il existe chez les peuples du Caucase une profusion de légendes et de mythes qui représentent un géant enchaîné parce qu'il a défié les dieux et surtout le dieu suprême. Quels sont les rapports entre ce cycle épique caucasien, qui anime les récits des bergers et des paysans de la montagne, et le mythe prométhéen de la Théogonie, d'Hésiode ? En se fondant toujours sur les travaux de Dumézil et de Lévi-Strauss, Charachidzé compare les cycles mythologiques. Chez les Grecs, Prométhée, Titan bienfaisant, est le héros intelligent par excellence, à l'origine de tous les progrès de l'humanité ; Amirani, le géant enchaîné caucasien, est un héros brutal, terrifiant, qui détruit tout sur son passage, sans s'en prendre toutefois aux hommes. Cette inversion de la perception du héros mythique est aussi importante que les parallélismes qui ressortent par ailleurs dans le récit.

 

En comparatiste, le chercheur s'attaqua aussi à des problèmes que Georges Dumézil qualifiait d'"étranges" et "redoutables" : le système trifonctionnel - religion, guerre, économie -, propre à l'univers indo-européen, peut-il être utilisé par des groupes étrangers aux langues indo-européennes ? Etendant son enquête au-delà des oeuvres littéraires étudiées par son maître, Georges Charachidzé analyse les religions du Caucase et établit par l'exemple que, pour comprendre et manier le dispositif mental des trois fonctions, il n'est nul besoin de l'avoir hérité de ses ancêtres.

 

Georges Charachidzé avait fondé avec Georges Dumézil la Revue des études géorgiennes et caucasiennes, qui mêle littérature écrite et orale, mythologie et archéologie, le tout agrémenté de débats linguistiques sur les plus anciennes traces indo-européennes repérables dans l'Histoire. Il ne cessa jamais de militer pour la reconnaissance de cultures menacées et appela jusqu'au bout au soutien des Tchétchènes contre l'oppresseur russe.

 

Philippe-Jean Catinchi

 

 

BibliObs vous propose de lire ou relire l'entretien qu'il a accordé au «Nouvel Observateur» en juillet 2006, dans la série «Un maître, une civilisation» : http://bibliobs.nouvelobs.com/20100224/17965/georges-char...

 

11:58 Écrit par Roustaveli dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/02/2010

Festival

Sans titre

 

Sans titre1

Sans titre2

17:34 Écrit par Roustaveli dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Lecture

Sans titre

14:52 Écrit par Roustaveli dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/02/2010

Spectacle

Sans titre

14:54 Écrit par Roustaveli dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Spectacle

untitled copie

14:28 Écrit par Roustaveli dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/02/2010

Rencontre

dyn007_original_1227_611_jpeg_13301_7a047146b61bcff12cbdcf1f4d3cee19

17:33 Écrit par Roustaveli dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/02/2010

Expo

Sans titre

17:28 Écrit par Roustaveli dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Cinéma

Sans titre

10:02 Écrit par Roustaveli dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/02/2010

Télévision

Sans titre

12:56 Écrit par Roustaveli dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/02/2010

Conférence

Sans titre

09:33 Écrit par Roustaveli dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/02/2010

Concert

Sans titre

17:11 Écrit par Roustaveli dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/02/2010

Médias

Sans titre

 

Les Nouvelles de Tchétchénie sont disponibles gratuitement à la Maison d'Europe et d'Orient, 3 passage Hennel, 75012 Paris - 01 40 24 00 55. Pour en recevoir régulièrement la version électronique, envoyez un mail à nouvellesdetche@orange.fr.

 

15:40 Écrit par Roustaveli dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/02/2010

Librairie

Sans titre

17:49 Écrit par Roustaveli dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/01/2010

Cinéma

 

Sans titre

2

14:13 Écrit par Roustaveli dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/01/2010

Expo

AFFICHE MATCHA-3_redimensionner

 

Depuis longtemps Henri Matchavariani sait faire danser les corps. Rompus aux disciplines de l'escrime et du mime, sa main, son corps entier calligraphient l'espace. Sa ligne, portée par la maîtrise du geste, anime d'une même évidence la chair et l'étoffe, le végétal et le minéral.

 

Chez Matchavariani, toute forme respire, dialogue avec le vide, palpite d'une énergie qui confine à l'étrange. La vivacité du mouvement s'impose et nous montre d'un coup l'essentiel dans toute sa richesse et son élégance.

 

La "Galerie Feuillantine expose aujourd'hui quelques unes des oeuvres les plus abouties de cette rencontre entre l'intelligence du thème et la force poétique du peintre. Tenant de la chorégraphie et de la haute couture, ses dessins captivent l'esprit et bouleversent les sens.

 

VERNISSAGE LE JEUDI 28 JANVIER À PARTIR DE 17H30.

10:25 Écrit par Roustaveli dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/01/2010

Conférence de presse

Sans titre

10:28 Écrit par Roustaveli dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/01/2010

Concert

Sans titre

17:21 Écrit par Roustaveli dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/01/2010

Conférence

Sans titre

Sans titre

12:06 Écrit par Roustaveli dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Cinéma

Sans titre

10:29 Écrit par Roustaveli dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Librairie

Sans titre

Depuis l’Antiquité, le Caucase, carrefour des cultures, attise curiosité et convoitise. Constitué de 4 pays différents, voire antagonistes, il reste énigmatique malgré la médiatisation dont il a été l’objet lors de la guerre d'août 2008 entre Russes et Géorgiens. Cet atlas permet de pénétrer cette région éminemment stratégique. À la fin du XXe siècle, après la chute de l’URSS, le Caucase est devenu l’un des principaux points chauds de la planète. L’atlas analyse en profondeur ce carrefour d’influences entre cultures européennes, proche-orientales et asiatiques, et les quatre peuples principaux qui le constituent (Russe, Géorgien, Azéri, et Arménien). La géographie du Caucase évoque les paradoxes de la région, composée de montagnes et de plaines, située entre deux mers chaudes. Ses grandes potentialités naturelles s’accompagnent de risques élevés (sismicité, crues, avalanches) et de crises à gérer (eaux, déchets, pollution). Forte d’un héritage culturel riche, dénommée « la montagne des langues », la région fascine voyageurs et géographes grecs ou arabes depuis l’Antiquité. Carrefour religieux anciennement réputé pour son hospitalité, elle est pourtant aujourd’hui une mosaïque ethnique agitée et bouleversée par le découpage soviétique, une terre de migrations incontrôlées, où le déséquilibre entre villes et campagnes accroît les inégalités. Son économie se reconstruit lentement, après des années de crise majeure. Toujours entre blocus et ouverture, elle se désindustrialise, mais reste une civilisation agricole, fidèle à son héritage de berceau de la viticulture, d’autant que son agriculture vivrière et sa spécialisation dans l’élevage sont en chantier. S’y ajoute la gestion du transit du pétrole et de l’énergie, et ses conséquences. En outre, récemment, la « redécouverte » des hydrocarbures de la mer Caspienne et le rôle de corridor stratégique du Sud-Caucase entre Orient et Occident ont relancé ce singulier « Grand Jeu » qui oppose aujourd'hui Russes et Américains par leurs alliés caucasiens interposés. Dans ce contexte, l’un des défis majeurs du Caucase est de gérer les conflits qui se sont multipliés depuis les années 1980, au Nord Caucase, en Tchétchénie, en Abkhazie, en Ossétie du sud, et dans le haut Karabagh, où le pétrole, s’il est central, est loin d’être le seul élément inflammable.

09:51 Écrit par Roustaveli dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/01/2010

Newsletter

Sans titre

15:18 Écrit par Roustaveli dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |