16/05/2011

Cinéma - Caucase - Polyphonies géorgiennes

 

 

 meo_v3_noir_fd_blanc.gif

Dans le cadre du festival

 

Le Printemps de Paris (7e édition)

  

 

Projections / cinéma en partenariat avec les Ateliers Varan

 

Mercredi 18 mai - 19h00

 

Ateliers Varan Sud Caucase
En 2006 un atelier est créé à Tbilissi par les Ateliers Varan, en partenariat avec ARTE, les Services Culturels français régionaux, le Georgian National Film Center, le G.I.P.A, la Fondation Gulbenkian et le Goethe Institut. L’attachement à une coopération cinématographique transcaucasienne qui regroupe l’Azerbaïdjan, l’Arménie et la Géorgie, est renforcé par la volonté de renouer avec une riche histoire cinématographique qui fit connaître ces pays dans le monde.
La pertinence de faire travailler ensemble 12 futurs cinéastes de pays en conflit, est apparue à tous les acteurs de ce projet. Le souhait de pérenniser cette formation cinématographique a été exprimé par les stagiaires.
En 2008 trois jeunes réalisateurs filment dans leur pays respectif. L'interruption de la guerre russogéorgienne, n'arrête que provisoirement l'expérience. Ce sont ces films de 2008 qui sont projetés.
Les projections seront présentées et suivies d’un débat animé par Jean-Noël Cristiani, responsable de l’atelier.

 

Pourquoi Vugar ne revient pas ? d’Alekber Aliyev (Bakou - Azerbaïdjan, 31’)
La famille Djumchoudov vit dans un monde différent qui contraste avec l’univers industriel qui l’environne. Guloran Djumchoudov, le chef de famille, est forgeron. Quelquefois un contremaître du champ de pétrole, vient lui apporter une pièce à réparer. Un jour la famille est groupée autour du téléphone. Chacun se passe le combiné. Le ton chaleureux et tendre devient suppliant envers celui qui est au loin. Hakim a quitté la famille il y a vingt ans. Pourquoi ne veut-il pas revenir dans ce monde plein d’affection ?

 

Au delà des nuages, de Mari Gulbiani (Tbilissi – Géorgie, 39’)
Enfant j’ai demandé à mon grand père : « Qu’est ce que la vie ? ». Il a réfléchi. « La vie c’est la tristesse du pays natal. » « Et qu’est ce que c’est la mort ? » « La mort c’est la tristesse de ce paradis perdu. » Ces mots m’accompagnent souvent. Mon grand père était de Svanetie. J’ai suivi mes souvenirs d’enfance et je suis partie dans son pays. Est-ce que Larissa l'Ukrainienne et son rêve de vie en Svanétie, Kafjan et son rêve de mourir loin là-bas de l'autre côté du Caucase, me feront comprendre ses mots ?

 

Il était une fois l’été, de Sirakan Vahan Abroyan (Erevan – Arménie, 36’)
Je suis de Vardenik, un village de la vallée. J’ai pris ma caméra pour accompagner ma famille qui part pour l'estive sur la montagne de Sordarivar. J’ai tourné, il y a 6 ans, ce film de famille. Mon oncle qui montait vaillamment sur son âne est mort. On ne va plus chercher sur les sommets le foin rempli de fleurs, qui parfumait le lait. J’ai revu ces images qui gardent un peu de mon paradis d’Arménie et je vais en faire un film : Il était une fois l’été. 

 

Entrée libre

 

Concert / musique Polyphonies géorgiennes

 

Mardi 24 mai - 20h30

dessinmadrikali-web.jpg

 

Concert de l'ensemble Madrikali
Sylvie Berbaum, Sophie Bilong, Hélène Borel, Alexia Chatirichvili, Stéphanie Corteval, Géraldine Dubois de Montreynaud, Sylvie Escat, Julie Raynalzun

 

Découvrir les sommets du Caucase dans la brume du matin, se perdre dans la cité troglodyte de Vardzia, se reposer à l’ombre d’un oranger en Gourie, s’émerveiller devant l’architecture des villages fortifiés en Svanétie… c’est tout cela qui attend le voyageur en Géorgie, mais ce sont aussi des rencontres bien souvent musicales. Du dialogue polyphonique sur fond de basse continue, répandu en Géorgie orientale, à la polyphonie contrastée avec trois parties partiellement improvisées, caractéristique de la Géorgie occidentale, chaque région possède un style musical propre. Les chanteuses de Madrikali vous proposent de les découvrir à travers leur répertoire : des berceuses aux chants liturgiques, en passant par les chants de fête ou de travail. En Géorgie, tout est chanson !

 

Tarifs : 12 euros plein tarif – 10 euros étudiants, demandeurs d’emploi, habitants du 12e – 8 euros abonnés

Réservation conseillée au 01 40 24 00 55

 

Lieu : Maison d’Europe et d’Orient, 3 passage Hennel, 75012 Paris (accès par le 105 avenue Daumesnil) – métro gare de Lyon ou Reuilly-Diderot

 

 

12:39 Écrit par Roustaveli | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.