30/06/2008

Librairie

azeVIENT DE PARAÎTRE

PARLONS AZERBAÏDJANAIS
Langue et culture
Kamal Abdoulla, Michel Malherbe


Ce livre est le premier qui présente en français la langue et la culture d'Azerbaïdjan. La langue azérie, largement parlée en Iran, s'appelle azerbaïdjanais en Azerbaïdjan car elle s'y écrit en lettres latines, comme le turc sa proche parente, mais avec de notables différences de graphie et de vocabulaire. Comme les autres ouvrages de la collection, on y trouvera une importante introduction historique, la description de la langue, des éléments de conversation courante, de nombreuses données sur la culture et deux lexiques.

Prix : 21,5 € 

lipHISTOIRE D'ALIM SAFAROV (L')
Ecrivain russe du Caucase

de Semion LIPKINE
Paru le 21/02/2008
Collection REGARDS CROISES
320 pages, 145 X 220 mm 
 

En 1944, Staline déporte plusieurs peuples du Nord-Caucase – dont les Tchétchènes et les Ingouches – sous le prétexte fallacieux de leur collaboration avec l’occupant nazi. En 1957, Khrouchtchev décide la réhabilitation de ces peuples – et leur retour sur leurs terres.
Les deux hommes ont utilisé tour à tour leur pouvoir pour organiser à Moscou des «décades» très officielles autour de la littérature de ces minorités – qui ne sont, bien sûr, que des vitrines destinées à faire croire à la grande amitié qui unit tous les peuples de la grande Union soviétique!
C’est de cette réalité que s’est inspiré Lipkine pour écrire un très beau roman historique, dans une langue pleine de lyrisme, d’humour caustique et de tendresse humaine. Souvent stupéfait et toujours passionné, le lecteur se promène entre la cruelle réalité soviétique et la beauté des paysages caucasiens, entre les terres montagnardes et le désert kazakh, du siècle de Genghis Khan à l’époque moderne. Un voyage époustouflant, tant dans l’espace que dans le temps…

Prix : 24 €

 
Anna Politkovskaïa

DOULOUREUSE RUSSIE . Journal d'une femme en colère, trad. du russe annapar Natalia Rutkevich , 576 pages sous couv. ill., 108 x 178 mm. Collection Folio documents (No 44) (2008), Gallimard -mémo.

En arrivant au Kremlin en 2000, Vladimir Poutine avait promis d'instaurer en Russie la « dictature de la loi ». L'ancien agent du KGB s'engageait à mettre fin à la corruption, à ramener à la raison l'irrrédentisme tchétchène, à offrir à chaque citoyen un niveau de vie décent... Mais s'il y a bel et bien une dictature en Russie, c'est celle exercée par un pouvoir impitoyable qui ne se soucie de la loi que lorsque cela l'arrange, explique Anna Politkovskaïa dans cette bouleversante chronique d'un pays à la dérive.
Au fil des jours, la journaliste de la Novaïa Gazeta
, l'un des derniers organes de presse indépendants, dresse un constat terrible de la « poutinisation ». Loin d'être pacifiée, la Tchétchénie demeure plus que jamais une zone de non-droit. La « verticale du pouvoir » écrase toute opposition digne de ce nom, n'hésitant pas à truquer grossièrement les élections. Sur la totalité du territoire, une bureaucratie corrompue pille les citoyens. Au sommet de ce système « néosoviétique », un homme : Vladimir Poutine. Combien de temps encore la population, apeurée et désespérére, va-t-elle se laisser faire ?
Si révolution il y a en Russie, elle ne sera ni rose comme en Géorgie, ni orange comme en Ukraine. Elle sera couleur rouge sang, prédit Anna Politkovskaïa

Prix : 9,90 €

20:02 Écrit par Roustaveli dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.