24/06/2007

Librairie

RASH & TAMADA

CHRONIQUES DU PROCHE ETRANGER – EN TCHETCHENIE

Ed. Vertige Graphic, ISBN 978-2-84999-046-9, 240p. en noir et blanc, 18 €

9782849990469_cg

QUATRIEME DE COUVERTURE :

 

Juillet 2000. Neuf mois que le second conflit en Tchétchénie a commencé. La petite République caucasienne est de nouveau administrée directement par Moscou. Après une guerre meurtrière, les civils vivent sous la terreur, des dizaines de milliers d'entre eux se sont réfugiés dans la République voisine d'Ingouchie, dans des camps délabrés et insalubres. Un jeune médecin français et son chauffeur tchétchène, tentent parmi d'autres, d'apporter à ces réfugiés une “aide utile quoique dérisoire”. Leur route est semée de rencontres qui juxtaposent, à l'horreur de la guerre, des situations émouvantes et dignes, décalées et drôles.

 

MON AVIS :

 

Pari réussi pour ce premier volume des “Chroniques du proche étranger” (d'autres épisodes ayant pour toile de fond diverses régions du Caucase sont en projet). Mettre en images, à travers l'odyssée de deux personnages, le conflit tchétchène, avec les contraintes qui sont celles de la bande dessinée, relevait de la gageure. Les auteurs ont eu l'intelligence de placer leur récit en 2000, soit avant que les prises d'otage de la Dubrovka à Moscou et de Beslan en Ossétie, puis les événements du 11 septembre, ne viennent brouiller les cartes et occulter l'essentiel : le drame vécu par des centaines de milliers de civils (Russes compris), emportés malgré eux dans la tourmente. Car si Rash et Tamada prennent fait et cause pour un parti dans cette guerre, c’est celui de victimes. La violence subie, l’arbitraire, les destructions, sont à chaque page ou presque, soutenues par un dessin très affirmé et alourdies de silences, les cases se découpent en bris de vitres où se reflètent les détails de scènes que l’on devine terribles… l’on en vient à voir des impacts de balles partout… Bien que l’histoire soit saupoudrée de notes d’humour et de tendresse, et se referme sur un rire, une note d’espoir, le sentiment de malaise domine d’un bout à l’autre de la lecture – et l’on ne peut s’empêcher de songer à notre responsabilité à nous, Occidentaux, à la mollesse de nos protestations et à la faiblesse de notre soutien…

Un ouvrage indispensable, un excellent support pédagogique qui permet de resituer le conflit dans sa trame historique.

12:32 Écrit par Roustaveli dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.